Diagonal (1999) (Urbana 18)

Pour octuor : Flûte, Clarinette, Bandonéon, 2 Violons, Alto , Violoncelle et Contrebasse.

Commande de l’Orchestre de Paris.

à la mémoire de mon père.

Je travaille depuis quelques années sur un cycle de 24 œuvres qui, sous le titre générique de URBANAS,  ont une relation avec la ville.

Diagonal rejoins ce cycle. Elle est aussi , dans son déroulement temporel, comme le devenir d’une vie, avec ses méandres, ruptures et chemins de traverse. J’ai voulu retracer, dans ces proportions, la vie de mon père que je viens de perdre. L’œuvre n’est néanmoins pas programmatique, mais j’escompte que l’écoute retracera la diagonale entre cette motivation à l’origine de l’écriture et le résultat musical.

Par la formation à laquelle elle fait appel et pour une partie du matériau musical déployé cette pièce reste apparentée à la musique de Buenos Aires. Des brèves résonances dans ma mémoire ont fait apparaître de lointaines paroles de tango:  » je suis une partie de Buenos Aires fait d’impasses et diagonale ». Cette référence directe aux diagonales Sud et Nord qui partent de la Plaza de Mayo est l’écho de celle qui est liée à « la ville des diagonales », La Plata, ma ville natale. Ville faite de chiffres et symétrie elle comporte un axe oblique, la Diagonale 74 qui a pour but deux départs : le cimetière et le fleuve.


 

Comun Req Oct

Diagonal

 

Diagonal
Enregistrement public à l’Opéra Comique, septembre 1999
Solistes de l’Orchestre de Paris
dirigé par Rut Schereiner

[ Cycle Urbana ]
[ Musique de Chambre ]