Alto Voltango (2001) (Urbana 23)

Pour saxophone alto et vibraphone.

Commande de la Société Selmer et du XIV Curso Internacional de Música de Benidorm.
Editions Lemoine

L’œuvre est une sorte de série d’interludes libres. Composée pour vibraphone et saxophone alto seuls « Alto Voltango » constitue une sorte d’œuvre dans l’œuvre, pouvant être complètement des-contextualisée. Elle même divisée en cinq mouvements qui comportent des sous-titres évocateurs, elle traite, à sa manière, le courant de haut voltage. Ce courant qui traverse les instrumentistes (c’est, d’une certaine manière, une pièce électroacoustique !) est révélé par une précision de jeu d’une extrême difficulté dans un parfum de tango qui aurait été, lui aussi, survolté.

Voici les mouvements :

I – Alto Voltango 1’30 » à Claude Delangle et Jean Geoffroy,
II- Parque Lezama 2’15 » à Buenos Aires,
III- Plaza Moreno 1’30 » à Yiyo Cantoni [1],
IV- Parque Güel 2’15 » à l’esprit de Gaudí
V- Volta altango 1’30 » à « los perros y a la luna » [2].

Les durées extrêmement précises sont nées de la demande des instrumentistes (Claude Delangle et Jan Geoffroy) Cette contrainte que j’ai érigé en dominante dans la construction totale de l’œuvre permet une mobilité et une articulation des pièces dans un ordre différent de celui imparti. La participation de ces pièces à un concert de manière totalement éclatée est également prévue dans la composition. Elles présentent des auto références tellement signées que nous pouvons les entendre mêlées à d’autres pièces (y compris des pièces d’autres compositeurs) sans qu’elles perdent leur identité. La continuité n’est pas ici de rigueur. Le voltage est résolument alternatif
Leur nature est à mi-chemin entre une musique savante et une musique populaire. C’est sous ces deux angles que les interprètes peuvent les investir et les faire vivre. Autant comme une palette de couleurs qui réflète leur appartenance au domaine contemporain que dans leur phraséologie et inflexions appartenant plus proches de la voix du tango ou des improvisations de Jimmy Hendrix.


[1] Aujourd’hui journaliste sportif de la Radio « La redonda » de La Plata, Yiyo Cantoni est un ami d’enfance avec lequel j’ai partagé des moments nombreux dans cette place centrale de ma ville. La Plaza Moreno est celle qui se trouve au centre géographique de la ville à l’intersection des rues 13 et 52.
[2] Aux chiens et à la lune, paroles d’un tango chanté par Carlos Gardel.


Alto Voltango I

Alto Voltango II

 Alto Voltango III

 Alto Voltango IV

Alto Voltango V

Alto Voltango

Erwan Fagant, Saxophone
Hervé Trovel, vibraphone.
Prise de son Jean-Marc Lyzwa

 


[ Cycle Urbana ]
[ Musique de Chambre ]