Archives de catégorie : 1. Cycle : Urbana

Clairière II (2013) (Urbana 14.b)

Pour clarinette seule

Clarinette
Durée : circa 12 min 30
Pour le clarinettiste Philippe Berrod.

Il s’agit d’une version pour clarinette sib seule, sensiblement raccourcie de Clairière.

Version réalisée à la demande du dédicataire Philippe Berrod. Elle lui est également dédiée et publiée chez Babelscores.


Clairière – Luis Naón
Elodie Roudet, clarinette


[ Cycle Urbana ]
[ Instrument seul et/ou bande magnétique ou électronique ]

Continuer la lecture de Clairière II (2013) (Urbana 14.b)

Cycle Urbana 24

© Nicolás Acuña

Le cycle Urbana comporte 24 + 1 pièces
.

Les buts de ce cycle sont, dans le désordre :

1 – écrire sans coercition pendant quelques années,

2 – ne pas finir une œuvre, mais réaliser des fragments d’une œuvre plus vaste,

3 – casser le cadre, petit et souvent insatisfaisant, de l’œuvre classique symbole de reconnaissance et source d’absurde admiration,

4 – construire un univers dont les parties soient interchangeables et soumises, plus tard, à des nouvelles lois,

5 – participer avec mon travail dans le monde créatif d’autres artistes,

6 – soumettre et remanier ces matières dans d’autres cadres où l’individualité est mise au service d’un groupe (metteur en scène, écrivain, vidéaste, chorégraphe, plasticien)

7 – bâtir, peu à peu, une utopie.

8 – investir, un jour, notre espace quotidien.

Le titre des 24 + 1 pièces du Cycle Urbana

Urbana

U1

Lascaux Urbana
U2.b

Lascaux (Expérience)
U2.b

Lettre
inachevée
U3
Quatuor à
cordes (roue-étoile)
U4

Obertura Urbana
U5

Trois pièces pour quatre timbales
U5.b

Claustrum

U6

Ka,
cinq poèmes musicaux
U7

Ka II
(U7.b)

La sphère et la pierre

U8

Au delà du
rouge

U9

Speculorum Memoria

U10

6 Caprices
U11
Amor a Roma
U12.a
U12.b
Sextuor
« . »
U25
Portraits
U13

Clairière

U14

Diabolus Urbanus

U15

Requiem pour un Bookmaker chinois

U16

Cruz y
Ficciones

U17

Diagonal

U18

Senderos… que bifurcan

U19

Perspectives

U20

Double
Urbana

U21

Sainte
Nitouche

U22

Alto Voltango

U23

Fermata

U24

 

Portraits crachés (Urbana 13) (2013)

Portraits Crachés  (Urbana 13) (2013)
pour accordéon, 2 percussions et sons fixés.
Sur des textes de Yves Pagès.

pc

Prière d’insérer ces sans dialogue fixe, omis de la première heure, caractères jamais imprimés, pseudo-pseudos, prépilonnés d’office, dyslexiques sexuels, oisifs inter-cérébraux, incompossibles mutuels, fausses notes en bas de page,… sociétaires du pestacle, personnages en fin de droits, , petites natures mortes au travail, sculpteurs sans statut…

Continuer la lecture de Portraits crachés (Urbana 13) (2013)

Fermata (2010) (Urbana 24)

Pour Soprano, Mezzosoprano, 2 clarinettes, cor, violon, alto, violoncelle, contrebasse et électronique.

Commande de l’État pour l’Ensemble Itinéraire.
Durée : environ 27 minutes.


Fermata est la dernière pièce du cycle Urbana, qui démarre officiellement en 1998 mais qui inclut des œuvres  précédentes, la plus ancienne, « Au-delà du rouge », est de 1991. Le cycle comporte 25 pièces allant  du soliste avec électronique, la musique de chambre, l’opéra de chambre, le monodrame à l’orchestre.

Continuer la lecture de Fermata (2010) (Urbana 24)

Trois pièces pour quatre timbales. (2007) (Urbana 5b)

Trois pièces pour quatre timbales.

dédiée Guillaume Lantonnet et à Jean Geoffroy

Cette œuvre est en filiation directe avec Obertura Urbana, concerto pour bandonéon et orchestre (Urbana 4) dont j’ai extrait la partie de timbale du premier mouvement. Celle-ci, devenue la première de ces trois pièces, a été le point de départ d’un nouveau travail.

Continuer la lecture de Trois pièces pour quatre timbales. (2007) (Urbana 5b)

Ouverture Urbana (2004) (Urbana 5)

Pour bandonéon diatonique et orchestre.

Œuvre enregistrée le 30 mai 2004 à la Maison de Radio France
pour feu l’émission « alla breve » de France Musique.
Orchestre Philharmonique de Radio France dirigé par Kiryl Karabits, bandonéon soliste Per Arne Glorvigen.
Durée : environ 12 minutes.

Dédiée à Per Arne Glorvigen et Rut Schereiner « criollos de pura cepa »

Cette œuvre, contrairement à ce que l’on pourrait croire, n’a rien d’une ouverture classique. Le sens d’ouverture est plus général et en relation avec le noyau du discours musical1.

Continuer la lecture de Ouverture Urbana (2004) (Urbana 5)